J’AI EU PITIÉ DE LEUR REGARD

Posté par lechapeauteur le 10 avril 2015

airport-pic-6par Me Maurice CELESTIN Jr

Après 14 longues années, j’ai revu mon pays, du moins Port-au-Prince. Après 14 ans j’ai recroisé le regard de mes sœurs et frères abandonnés plus que jamais.  J’ai du baisser ma tête pour ne pas leur monter mon regard coupable, plein de pitié, de questionnement  et de honte. Et, d’un regard caché, prudent, j’ai pu observer ce que disent leurs yeux. Et j’ai eu peur de leur regard…. Un regard narratif…qui dit tout de leur souffrance, de leur misère, de leur colère et de leur impatience.

Un regard famélique, inquiet, jaloux, désolé, inquisiteur, haineux, rempli de désir de vengeance. Un regard peureux et  méchant à la fois, frustré, regard plein de mépris, de dégoût, de désespoir, de violence, de résignation. Un regard qui questionne et  qui fait peur. Enfin tous les regards qui parlent dans le silence. Un silence imposé. Un silence compressé. Un silence éclaté. Un silence sonore. Un silence, des fois, explosé qui laisse sortir des propos injurieux, provocateurs même. Mais silence révolté compréhensible. On comprend bien la frustration de ce troupeau humain qui remplit les rues défoncées, chargées de détritus. Un troupeau humain qui envahit les artères de Port-au-Prince sans savoir exactement où aller. Ils marchent, ils montent et descendent, ces animaux pensants qui ignorent pourquoi ils déambulent dans les coins et recoins d’une capitale bidonvilisée totalement ruralisée singeant ridiculement, par certains endroits, une capitale étrangère jadis, par nous, occupée.

J’ai revu Port-au-Prince  après 14 ans. Quelle tristesse! Dire qu’après le terrible tremblement de terre j’avais poussé un cri d’espoir. Je pensais que le moment de la grande solidarité qui devrait libérer Haiti des étreintes de la misère était enfin venu. Mais hélas la solidarité internationale et nationale n’était qu’un mot. Un mot trompeur, un mot calmant, un mot consolateur. Tout simplement. Un mot bon pour X et tragique pour Y. Une solidarité qui allait enrichir indécemment certains et plonger d’autres dans la plus profonde et la plus dégradante misère. Une surpopulation humaine, jointe à une désorganisation à outrance. Scènes chaotiques partout. Piles de détritus ici, petit commerce là. Port-au-Prince: capitale modèle de désorganisation, d’ingouvernabilité. Dans un « désordre organisé » participent les véhicules UN, les chauffeurs de taxis, les voitures privées, les quelques ambulances, les voitures de police, les gros transporteurs, les piétons et les taxi motos. Véritable sauve qui peut dans une circulation où le carburant est brûlé sur place, où les heures se gaspillent dans une routine devenue coutume. La majeur partie du temps se passe, se perd sur la route. Impossible de régler deux affaires durant une journée. Mais c’est comme ça! C’est la réponse. En effet c’est définitivement ainsi que vont les choses dans ce pays où le mensonge est médiatisé à la perfection. Politique de façade. Poudre dans les yeux. Les menteurs mentent tellement qu’ils finissent par convenir entre eux que leurs mensonges sont pure vérité. Partout les tôles rouges clôturent les édifices « raz-terre » reconstruits sur YOUTUBE en « PowerPoint » et offerts aux yeux des naïfs prêts à parier leurs deux yeux que Port-au-Prince est reconstruite dans sa totalité. Et ainsi, les chanceux qui ont « gobé » tout l’argent de la reconstruction bénéficient gratuitement de l’admiration d’une diaspora mal informée. De plus ils capitalisent sur le peu d’œuvres réalisées par le secteur privé. Tout ce qui est fait est grâce à leur sollicitude. Ils se font inviter, ces dirigeants souffrant « d’inaugurite chronique », à couper, à chaque occasion, le « ruban inaugural ». Syndrome qu’ils ont sans doute hérité des DUVALIER.

Voilà en peu de mots le court récit d’un voyage et d’un séjour dans une capitale aux rues défoncées où on est exposé à toutes sortes, à toutes formes d’insécurité. Le chauffeur évite à chaque deux minutes un accident qui pourrait être mortel. Les hôpitaux ne sont pas équipés et le personnel est loin d’être à la hauteur de sa tâche. Les policiers se font rares car l’effectif du corps est nettement insuffisant pour les besoins de la surpopulation de la ville. L’insalubrité fait de Port-au-Prince la capitale la plus laide et la plus sale du monde. La leptospirose menace la population à cause de la proximité, de la cohabitation des habitants avec les rongeurs, les rats en particulier. Un environnement malsain  est observé dans tous les quartiers résidentiels, même les plus huppés où on peut voir des palais construits, on dirait, dans des porcheries. Les média d’Etat ne s’acquittent guère de leur tâche d’éduquer la population qui lance à même le sol les contenants vides. Ainsi, les insectes trouvent en masse  leurs gîtes  et la malaria de même que d’autres infections font rage. Port-au-Prince ne peut pas gérer dix minutes de pluie. La moindre averse est cause de mort d’hommes et de bétail, d’enfants surtout.  La protection citoyenne est un vain mot. Les gens sont abattus comme des chiens en plein jour. Une guerre de religion semble se livrer en Haiti. Les religieuses et les houngans sont attaqués. Enfin l’insécurité bat son plein dans ce pays et surtout dans cette capitale où tout est concentré. La peur est sur tous les visages. Et toute cette incongruité se déroule sous les « yeux fermés » d’une opposition aussi bancale que le gouvernement. Une opposition improvisée qui n’a d’autre visée que la prise du pouvoir qui procure gloire et argent. Argent d’abord, gloire ensuite, gloire peut-être mais pas certain. J’aurais titré : « HAITI: QUELLE OPPOSITION? et j’aurais conclu : UNE OPPOSITION SANS VISION, SANS ACTION, AUSSI BANCALE QUE LE GOUVERNEMENT. »

Les regards vitreux, déprimés, désolés, inquiets, affamés, découragés, sans espoir, misérables, craintifs mais méchants et provocateurs expriment ce qui se passe dans la profondeur de l’âme des passants qui n’attendent que l’heure pour vider leur trop plein.

J’ai eu pitié, j’ai eu  peur  de ces regards nouveaux, inconnus et conjoncturels.  De  ces regards incertains. Douteux. Qui d’entre eux est bienveillant ou méchant? Le jour de l’éclatement seul pourra le dire!

Laisser un commentaire

 

vagive |
Développement du potentiel ... |
°0OfANTastIQUEO0° |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Changer dans sa tête,bouger...
| PREPARER TON EXAMEN
| djamil83