• Accueil
  • > Liens
  • > OÜ S’EN EST-ELLE ALLEE LA DIGNITE DE L’HOMME HAITIEN

OÜ S’EN EST-ELLE ALLEE LA DIGNITE DE L’HOMME HAITIEN

Posté par lechapeauteur le 20 septembre 2012

par Maurice CELESTIN Jr

OÜ S'EN EST-ELLE ALLEE LA DIGNITE DE L'HOMME HAITIEN dans Liens Edwin-Zenny-298x263-150x150

ÇA RECOMMENCE !  EDO ZENNY SERAIT-IL LE PORTE ÉTANDARD ?

Dans notre pays, c’est triste de le dire: tout va de mal en pis. Sur le plan économique, de 1804 à nos jours il n’y a pas lieu de signaler un essor sensible, un développement significatif digne de soulager la grande misère d’un peuple toujours en lutte à de grandes difficultés qui le placent au niveau  du sous humain. Le Nord, durant la royauté d’Henri CHRISTOPHE pourrait, à la limite, se réclamer d’un certain mieux-être que n’a pas connu le reste du pays qui a toujours vécu dans la plus dégradante condition socio-économique. Jadis, notre agriculture était florissante, la culture caféière était enviable et plaçait notre pays en tête des plus grands producteurs de cette denrée. Malheureusement, la majorité nationale oubliée dans nos mornes ne pouvait que regarder avec des yeux jaloux les exhibitions de richesses des magnats du café, principaux bénéficiaires qui partageaient le magot avec les grands négociants étrangers, pourquoi ne pas le dire, les grands négociants blancs.

Mais, par contre, tout au long de notre histoire de peuple, de grandes valeurs humaines se sont signalées avec force. Leur nom et leurs exploits ont fait écho au-delà même de nos frontières. Haïti a donné naissance à un Dr Louis JOSEPH JANVIER, à un Anténor FIRMIN, au Dr Jean PRICE-MARS, à un Amiral KILLICK, un Charlemagne PÉRALTE, un Lycius Félicité SALOMON JEUNE, un Sénateur Émile ST- LOT, à un petit soldat Pierre SULLY et plus près de nous à un feu député de Saint Louis du Nord et de l’Anse à Foleur, Marmontel GUILLAUME qui a préféré jeter sa cocarde de parlementaire pour aller finir ses jours dans son patelin au lieu d’accepter l’inacceptable. Peut-on oublier le geste héroïque de Feu Hudson APOLLON de la ville du Borgne qui, en pleine occupation américaine, avait provoqué la mort du sergent américain McKANAP en déchargeant son pistolet dans sa poitrine parce qu’il avait osé toucher le sein de son épouse? On pourrait citer le nom de bien d’autres qui sont entrés dans l’histoire par la porte principale. Enfin, beaucoup de femmes et d’hommes de caractère, de grandes valeurs intellectuelles et morales ont jalonné notre passé de pays à grands hommes.  Certes, la corruption n’est pas née hier au beau milieu de la nuit. Nous en convenons: elle a toujours existé partout à travers le monde. Cependant, au point où elle se développe chez nous, elle dépasse nettement l’incroyable. Nul n’aurait imaginé qu’un jour au parlement haïtien on aurait vu siéger des hommes et des femmes vendant leur âme et conscience pour 15 milles dollars. Incroyable! Ce manque de prestige poussé à l’extrême est renversant, déconcertant. Dans le cas où ce serait vrai, cela confirmerait la nouvelle qui laissait entendre que plusieurs « parlementeurs » avaient été en république voisine collectés les sous aux fins de faire lever l’embargo sur le SALAMI mis en quarantaine par les Dominicains eux-mêmes.

Que de laideurs! Que de bassesses! Ces femmes et ces hommes chargés de défendre nos intérêts, mais d’où viennent-ils? D’où peuvent-ils donc venir? À part l’amour démesuré de l’argent et du pouvoir, ont-ils d’autres aspirations? Ont-ils un cœur et la capacité de penser?

OU S’EN EST-ELLE DONC ALLÉE LA DIGNITÉ DEL’HOMME HAÏTIEN ?

Haïti a tout perdu de son prestige et de sa dignité. Un juge en pleine fonction, agissant au nom de la république, jouissant de la même immunité qu’un sénateur a reçu en plein visage et en public l’expression du plus grand mépris de quelqu’un envers un autre. Le fils de la majorité nationale sur sa  figure  d’EBEN  a reçu le crachat d’un non-blanc d’HITLER, Sénateur, en plus, au pays de Jean Jacques DESSALINES et de PÉTION. Quelle abomination ! Il n’y a plus d’homme dans notre pays ! Ils sont remplacés par des arrogants  qui en Europe ou ailleurs sont traités comme des chiens, comme des rats dans la chanson de Claude BARZOTTI, comme une offense à la race blanche. Il n’y a pas un homme ni une femme capable de laver cette souillure. Même le Premier citoyen n’est pas en mesure de le faire. L’insolent sénateur embuscadé derrière sa soi-disant immunité et faisant office de grand maître de justice, s’est permis de déclarer publiquement qu’il serait prêt à poser le même geste s’agissant du Président Michel MARTELLY. Ce qui revient à dire qu’il n’hésiterait  pas à cracher au visage du Premier mandaté du peuple. Quel affront pour des citoyens et des citoyennes condamnés à vivre toutes sortes d’irrespect! Mais, tout compte fait, EDO ZENNY est-il la voix autorisée à faire la leçon à un corrompu, à lancer la première pierre?

Dans notre Pauvre Petit Pays on aura tout vu. On aura même vu le sorcier vouloir corriger le Makandal. Cependant, Il y a une vérité que notre bizarre Sénateur semble oublier : le passé est comme le naturel. Chassez le passé et de naturel il revient au galop. Pire, il vous suit partout où vous passez. Il est comme l’œil de Caen.

IL L’A PENSÉ, IL L’A DIT ET LE MAINTIENT !

Et notre cher pauvre Président l’a reçu et l’a accepté comme une lettre à la poste. Il feint de ne pas entendre et ne pas comprendre la signification et l’étendue d’un tel propos, et, jusqu’à date, le pauvre, il s’est gardé, on ne sait pourquoi, de réagir ? Quelle calamité ! Il n’est pas de taille à ramasser le gant qui lui est lancé. ZENNY a le regard du côlon. Ses yeux font peur. Ils tiennent en respect le juge et même le Président. Il dit appartenir à une dynastie. Serait-ce authentique ? En tout cas, la vérité est que sa langue n’est pas dans sa poche. Il parle comme un noble : la même assurance, la même arrogance, le même ton féodal.

On s’attendait à ce que les parlementaires se désolidarisent de cet énergumène pour lui enlever son immunité afin de permettre à la justice de policer ce petit polisson qui est allé bien trop loin dans ses propos et dans ses actes. Bien au contraire, ils ont fait la sourde oreille et ont accepté sans dire mot le mauvais « timing » qui a valu le renvoi d’un juge qui n’avait même pas encore essuyé ses larmes, si larmes il y en avait, suite à cet affront qui dans l’histoire antique ne se lavait que dans le sang. Nous parlons de l’antiquité pour signifier que de nos jours seule la justice est chargée de rendre justice à  qui justice est due. Le juge giflé le sait mieux que nous. Cela va s’en dire qu’il devra emprunter les voies légales devant aboutir à la condamnation du délinquant sénateur lequel, par voie de conséquence, sera destitué par le grand corps au nom de la morale et des lois de la république. En sanctionnant de toute hâte le juge humilié, le décideur a placé le Sénateur sur un piédestal qui le met au dessus de tout, même de la loi. Preuve que chez nous, « la raison du plus fort sera toujours la meilleure » surtout quand le plus fort ressemble à Hélène « même de loin ».

Dans son discours historique en Floride, l’ex-Président démocrate américain Bill J CLINTON, issu de la classe moyenne américaine jadis foulée aux pieds pas les républicains, a fait sien le mot d’un partisan qui, devant les attitudes et comportements des républicains de l’ancienne école, s’est écrié : ÇA RECOMMENCE!. Il y a  lieu pour nous, devant l’arrogance et l’irrespect manifeste de ZENNY, de faire de même, de crier: ÇA RECOMMENCE!. Au temps de S.E. Paul Eugène MAGLOIRE, ils avaient au moins peur du kaki, mais ces jours-ci, ils n’ont aucune crainte. Il crache au visage de notre Chef d’État, « l’historique promesse » de lui cracher au visage si un jour il aura à le faire. Autre temps autres gens, autre temps autres mots qui conduisent aux grands maux, autres agissements, aussi. En tout cas, quel que soit son rapport avec monsieur MARTELLY, quelle que soit sa correspondance avec le palais national, l’effronté n’est nullement autorisé à traiter un Président haïtien de la sorte. Ceci dit et entendu, au nom du Peuple haïtien outragé, nous enjoignons monsieur ZENNY à présenter des excuses publiques au Président Michel MARTELLY et à déclarer regretter avoir prononcé pareils propos irréfléchis et irrespectueux à l’endroit du Chef de l’État haïtien.

MAIS OÙ S’EN EST-ELLE DONC ALLÉELA DIGNITÉ DEL’HOMME HAÏTIEN ?

Une question à se poser : Connaît-on un sujet haïtien à occuper même la fonction d’octon en SYRIE?

lechapeauteur@yahoo.com 

Laisser un commentaire

 

vagive |
Développement du potentiel ... |
°0OfANTastIQUEO0° |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Changer dans sa tête,bouger...
| PREPARER TON EXAMEN
| djamil83