• Accueil
  • > Liens
  • > COLLOQUE SUR LE SAUVETAGE NATIONAL (santo-domingo, 28-30 août 2009)

COLLOQUE SUR LE SAUVETAGE NATIONAL (santo-domingo, 28-30 août 2009)

Posté par lechapeauteur le 5 septembre 2009

Communication de Marc L. BAZIN

marcbazin.jpg Monsieur le Président, MM. les Membres de l’Association des Pasteurs,  Mes chers Rudy Boulos, Jim Morrell, Turnep Delpe, Mes Chers Amis,

Laissez-moi d’abord vous remercier de votre aimable invitation à participer à cet important colloque et de vous féliciter de l’excellente préparation de nos travaux.  Laissez-moi aussi rendre hommage aux orateurs qui m’ont précédé à cette tribune pour l’exceptionnelle qualité de leurs interventions.  Egalement, je compte sur vous pour transmettre aux autorités dominicaines ma haute appréciation de l’accueil cordial qu’elles ont bien voulu nous réserver dans leur pays.

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

Le Comité préparatoire m’a demandé de présenter un exposé sur le thème « Un Agenda pour l’Avenir ».  Cet Agenda, je l’ai préparé.  Il porte sur 12 points comme suit : 1.- Faire de la croissance économique le moyen central de la lutte contre la pauvreté. 2.- Augmenter les investissements 3.- Bien choisir les moteurs de la Croissance 4.- Adopter une approche territoriale du développement 5.- Augmenter l’épargne interne 6.- Redresser les faiblesses du secteur des banques commerciales 7.- Créer une Banque Publique de Développement Agricole & Industriel  8.- Mettre de l’ordre dans les entreprises publiques 9.- Proposer un  nouveau concept et des mécanismes nouveaux de l’aide étrangère. 10.- Faire une série d’émissions de « bons diaspora » 11.- Faire baisser le poids de l’augmentation de la pression démographique 12.- Conduire la bataille contre les inégalités. En conclusion : dégager les voies du rapprochement nécessaire entre Haïti et
la République Dominicaine, un rapprochement qu’imposent aussi bien le bon sens que la nature des choses.
 
Mais avant de vous présenter cet Agenda point par point,  je voudrais faire trois remarques : 1.- Il s’agit d’un programme destiné à se réaliser sur une période de 5 ans. 
2.- La réalisation du programme assume qu’il est conduit par une extrêmement large coalition de femmes et d’hommes de bonne volonté, sans distinction de clans ou d’idéologies.  Il suffit que ces hommes et ces femmes soient des transformateurs et qu’ils fassent passer les intérêts d’Haïti avant leurs intérêts personnels. 3.- Pour vous faire partager les enjeux, il convient en guise d’introduction que je vous dise quelques mots sur la situation au point de départ. Quel est notre point de départ ? Haïti est un cas spécial.  Contrairement à ce qui s’est passé dans la plupart des pays sous-développés au début des années 80, chez nous, ce qu’on a appelé la crise de la dette n’était pas seulement le fait d’une faillite de la politique financière, d’inflation et de fuite de capitaux.  S’il ne s’était agi que de cela, un simple exercice de redressement des finances publiques aurait suffi.  Chez nous, la crise de la dette s’est également accompagnée d’un déficit de légitimité politique, lequel découlait de méthodes autoritaires et familiales d’exercice du pouvoir, du désarroi de l’appareil administratif et de pratiques de corruption généralisée.  La nature multiple de notre crise de la dette a donné lieu à trois phénomènes de correction qui ont prétendu changer pour longtemps la contexture socio-politiques de notre pays. Les 3 phénomènes sont : .- Démocratisation .- Stabilisation .- Libéralisation commerciale.  Il s’agissait donc de trois défis de taille.  Aujourd’hui nous pouvons dire qu’aucun de ces défis n’a été relevé, ni complètement ni de manière satisfaisante.  .- L’ordre constitutionnel a été brutalement interrompu à deux reprises en 10 ans, suivi chaque fois d’une occupation étrangère.  .- Les règles électorales ont souvent été manipulées, contournées et violées avec un taux d’abstention de plus en plus élevé.  .- Les exécutifs, même quand ils jouissaient de la légitimité populaire et de l’autorité charismatique, se sont souvent montrés maitres de la tactique politicienne mais incertains quant au sens de la direction qu’il convenait d’imprimer au pays.  .- Le Parlement a souvent été le reflet non pas de partis politiques avec programmes et structure nationale mais de personnalités à forte ambition individuelle sans souci d’institutionnaliser la démocratie.  .- La libéralisation des échanges commerciaux a été intempestive et n’a pas fait augmenter les exportations aujourd’hui, le déficit budgétaire est de $50 millions et pour la première fois depuis juin 2003, la balance des paiements est négative  cette année.  Autant de faits et d’évènements qui ont conduit le pays à la paralysie, entrainé la perte de confiance du peuple dans la capacité, ou même la volonté des dirigeants à améliorer sa condition, ce qui l’a souvent forcé à choisir la route des humiliations ou la mort en haute mer, les deux générateurs de conflits avec nos voisins.  Dès lors, la communauté internationale, une fois de plus consciente des risques que Haïti devienne de manière irrécupérable un foyer de déstabilisation et de terrorisme pour la sous-région, s’est dépêchée de nous envoyer, du niveau le plus élevé, un nouveau messager de l’espoir et de la délivrance.    Tel est, mes chers Amis, le contexte général dans lequel a été élaboré le projet d’Agenda que j’ai l’honneur de vous soumettre.  I -  Faire de la croissance économique le moyen central de la lutte contre la pauvreté.  Voilà, j’en conviens volontiers, un sujet qui devrait vous étonner.  Car il est acquis, n’est-il-pas vrai ? que la pauvreté est notre problème No 1 et que c’est par la croissance que l’on réduit la pauvreté.  Malheureusement aujourd’hui, chez nous, la politique qui se fait n’est pas une politique de croissance mais une politique de stabilisation macroéconomique, laquelle se préoccupe avant tout d’éviter la hausse des prix et le déficit de sa balance des paiements.  Malheureusement, cette politique de stabilisation, pour nécessaire qu’elle soit, ne s’accompagne pas du climat institutionnel qui aurait permis au secteur privé de prendre des risques et d’investir.  Car ce secteur privé est contraint de fonctionner sans électricité, sans téléphones, sans des services portuaires efficaces et à bon prix, le tout aggravé par des règlements administratifs alambiqués propices à la corruption.  Entre une stabilité macroéconomique rigide et un climat institutionnel pénalisant, la pauvreté n’a pas diminué et à poursuivre dans les voies d’à présent les commentateurs les plus optimistes pensent qu’il nous faudra attendre trente six ans pour réduire la pauvreté de moitié.  Il nous faut donc sortir de ce guêpier et aller résolument vers la croissance, ce qui suppose évidemment un meilleur climat institutionnel et aussi une augmentation des investissements.  II – Augmenter les investissements  J’aurais aimé pouvoir vous dire de combien il conviendrait d’augmenter les investissements.  Mais je ne sais pas et je ne peux pas savoir.  « Pourquoi » ?  Parce que, à simplement constater nos tableaux statistiques, le niveau actuel de l’investissement serait déjà de 28 – 30% du PIB.  Or, 28-30% d’investissements représente dans tous les pays du monde un taux suffisant pour générer une croissance de l’ordre de 5-6% par an.  Or, en Haïti, en dépit des soi-disant 30% d’investissements, il n’y a pas de croissance.  Alors, que se passe-t-il ?  Il y a trois hypothèses : Ou bien on compte pour investissements toutes dépenses financées par l’aide étrangère, même quand il ne s’agit pas, à proprement parler, d’investissements.  Ou bien, les importateurs de biens d’équipements, pour des raisons fiscales, font passer pour investissements des biens de consommation.  Ou bien nous dépensons vraiment 30% du PIB mais cet argent est détourné à d’autres fins.  Alors, vous avez le choix : incompétence, fausses déclarations ou détournements de fonds.  Dans tous les cas, il existe un besoin de clarification.  III – Bien choisir les moteurs de croissance  Investir, mais où, dans quels secteurs ?  a.- Dans l’agriculture.  Nous sommes un pays agricole et les rendements sont désespérément faibles.  Il faudra dons non seulement favoriser  aux planteurs l’accès à l’eau, à l’énergie, aux engrais et insecticides, mais lancer à vaste échelle des programmes de récupération des terres et de protection des  bassins versants.  Egalement, il conviendra de donner une haute priorité à l’investissement public et des incitations au secteur privé pour des investissements créateurs d’emplois en milieu rural.  b.- Dans les infrastructures, dont l’état actuel est inacceptable.  A titre de comparaison, la République Dominicaine est desservie par 6000 Km de bonne route, nous à peine 1,000.  Chaque Dominicain a à sa disposition 340 watts d’électricité.  Chaque Haïtien, 27 Watts.  Les logements, l’environnement dans les zones pauvres, les bidonvilles sont dans un état déplorable.  Des plans nationaux devraient être élaborés et leur financement assuré par l’Etat avec de nouvelles ressources.  c.- Dans l’éducation, où les dépenses par élève devraient passer de $25 à $200.  d.- Dans la santé, où les dépenses devraient passer de $25 à $50.  e.- Dans l’assemblage et le tourisme, lesquels devraient bénéficier d’une politique fiscale adaptée aux besoins.  IV -  Adopter une approche territoriale de développement  Une telle approche serait basée sur l’idée, déjà adoptée par le gouvernement actuel au stade pilote, que les acteurs locaux et régionaux  devraient être impliqués dans la planification stratégique du processus de développement de l’infrastructure en ce sens que s’ils ont une bonne connaissance des obstacles, ils pourraient ne pas avoir conscience du potentiel pour l’exportation, de la situation dans les pays voisins.  Une telle approche stratégique, soutenue par le pouvoir central aiderait à combler ce vide.  La route pilote Dondon – Saint-Raphaël et aussi Thiotte – Anse-à-Pitre  devrait apporter une grande contribution à la pénétration de nouveaux marchés par les produits agricoles.  Cette manière de faire serait systématisée et généralisée.  V -  Augmenter l’épargne interne  Il n’y a pas de croissance sans augmentation de l’épargne.  L’épargne publique, à l’heure actuelle,  ne représente même pas 1.6% de G.200 milliards (le PIB) et devrait donc être augmentée considérablement.  Les ressources publiques devraient passer de 10 ã 15% du PIB en cinq ans à la fois  .- Par un renforcement de l’efficacité du système fiscal  .- Un élargissement de l’assiette .- Une lutte sérieuse contre la corruption  VI – Corriger les faiblesses du secteur des banques commerciales  Le Secteur des banques commerciales est le haut lieu des concentrations .- Dans les avoirs : 3 banques en ont 62% .- Dans l’allocation des crédits : 10% des emprunteurs individuels reçoivent 70% des crédits .- Dans le choix des activités économiques : les services et les consommations sont les gros bénéficiaires, l’agriculture et le transport pratiquement rien. .- Dans les mécanismes : tous les crédits sont à court terme, à long terme rien. .- Quant à la catégorie sociale des déposants : à peine 0.16% des Haïtiens ont accès à un crédit bancaire.  .- Quant à l’écart entre les taux d’intérêts sur les dépôts et les taux sur les prêts : il est le double de ce qu’il est ailleurs dans la Caraïbe.  Il conviendra donc de donner aux banques commerciales les garanties juridiques qu’à bon droit elles demandent quant à la fiabilité des titres de propriété, de créer entre les banques un climat de compétition plus incitateur, en attendant, et de créer une Banque Publique de Développement.  VII -  Créer une Banque Publique de Développement  L’objectif serait de financer l’agriculture, les Petites et moyennes entreprises, à long terme et à des taux d’intérêts qui seraient rémunérateurs mais non pénalisants.  La proposition de créer une Banque Publique de Développement a soulevé deux catégories de réactions.   Dans un camp, on s’est frotté les mains en s’imaginant que Banque Publique signifiait automatiquement retour à l’IDAI et à la pratique de prêts généreux pour de mauvais projets, pas vraiment remboursables avec préférences pour des gens politiquement bien placés.  Dans l’autre camp, c’est l’orthodoxie qui prévaut : comment, s’est-on indigné, envisager de faire du financement public par ces temps de privatisation à outrance ?  Au premier, nous répondons qu’il n’y a pas une fatalité de la mauvaise gestion pour une banque, au seul motif qu’elle serait publique.  Un bon Conseil d’Administration, un personnel compétent, des règles d’opérations bien élaborées pouvant éviter toute déviation par rapport aux normes.  Aux seconds, nous rappelons que le secteur public, de nos jours encore, contrôle la plus grande partie du crédit dans la majorité des pays sous-développés.  VIII – Mettre de l’ordre dans les entreprises publiques  Il s’agit d’entreprises chargées de fournir l’eau, l’électricité, le téléphone, d’assurer les services portuaires.  Il s’agit donc d’entreprises qui sont le poumon de la société et de l’économie.  Or, elles sont mal gérées, leur personnel est en surnombre.  En 2005, le montant des subventions à l’EDH était de $47 millions.  Telle est l’incertitude qui règne dans le port de Port-au-Prince que beaucoup d’importateurs font transiter leurs commandes par
la République Dominicaine.  Ces entreprises, il s’agira donc soit de les gérer en contrats stricts, soit de les privatiser mais, dans un cas comme dans l’autre il conviendra de mettre en place, à l’avance, des organes de contrôle et de régulation chargés de surveiller et de sanctionner la corruption, de fixer les marges de prix aux consommateurs et de vérifier à tous moments la conformité de la gestion avec les termes du contrat.
    
IX – Introduire un nouveau concept et des mécanismes nouveaux de l’aide étrangère.   Commençons par relever que les besoins d’aide étrangère sont considérables.  Pour réaliser le Document pour
la Croissance et la réduction de la pauvreté, il faudrait compter entre $5 – 7 milliards.  Pour financer les dépenses de fonctionnement de transport et d’infrastructure de ces 5-7 milliards d’investissements, il faudra entre 5 à 30% de plus.  Pour financer les dépenses imputables à la réalisation des Objectifs du Millénaire, il faudrait compter environ $1.4 milliard par an d’ici 2015, soit environ $8.5 milliards.  Or nous savons que, en ce moment précis, le Trésor Public est en déficit de $50 millions. 
 
La conception Haïtienne de l’aide étrangère est mauvaise.  Elle consiste à faire l’inventaire de nos besoins et à présenter la facture aux donateurs avec, très souvent, force accusations et récriminations.  Nous devrions, au contraire, établir un calendrier de besoins assorti d’un échéancier des résultats, après qu’on aurait établi non seulement la part propre de l’effort national mais aussi un diagnostic complet des problèmes et des moyens – en ressources humaines, équipements et entretien –  par lesquels nous entendons réaliser notre plan d’investissement. De même, nous devons essayer d’élargir le cadre de la coopération en recherchant notre intégration à l’Accord CAFTA (Caribbean Free Trade Agreement) avec les U.S.A., dont d’autres pays d’Amérique Centrale, y compris
la République Dominicaine, sont déjà membres.  L’avantage d’un tel Accord serait qu’il consisterait un engagement ferme et définitif des USA, pas une concession révocable, et qu’il ouvrirait la voie à un flux d’investissements étrangers qui nous ont fait défaut jusqu’ici.
 
Une autre voie à explorer serait un Accord avec les USA qui faciliterait l’entrée sur leur territoire, chaque année, d’un contingent de nos compatriotes et leur embauche dans l’agriculture et les services, en échange de quoi Haïti s’engagerait à veiller à leur rapatriement dès la fin de leur contrat.  Un tel Accord rendrait certains secteurs plus compétitifs aux USA, donnerait aux immigrants un pécule investissable en Haïti, diminuerait la pression des boat people et des braceros et améliorerait la nature de nos rapports avec nos deux voisins. 
Au lieu de quoi, nous n’avons pas une bonne capacité d’absorption de l’aide étrangère.  Souvent nous donnons l’impression de n’accepter le principe des réformes que comme le prix à payer pour recevoir l’aide.  Les contrats d’exécution sont passés sans une procédure rigoureuse d’appels d’offres.  Parallèlement, du coté des donateurs, l’aide est parfois liée, donc revient plus cher, est assortie de nombreuses conditions qui en rendent la consommation malaisée.  De ce fait, elle donne lieu à des suspensions répétées et conduit les donateurs à la faire passer par les ONG. X – Emettre « des bons diaspora » En supposant réglée la question de la double nationalité et apaisées les tensions entre les deux communautés, on devrait pouvoir envisager l’émission par
la BRH de bons à souscrire par les Haïtiens de l’extérieur dont les transferts au pays se chiffrent à plus de $1.5 milliards par an à l’heure actuelle.  De tels bons qui auraient pour objectif de contribuer au développement, permettraient également aux souscripteurs de diversifier leurs portefeuilles.  Ces bons seraient émis à long terme, non négociables, à échéances multiples et comprendraient des coupures de $100 à $1000.  Ils ne seraient payables qu’à maturité. 
 
  L’expérience de tels bons a été faite  par Israël dès Mai 1951 et représente, à hauteur de $25 milliards, environ 32% de sa dette extérieure.  C’est avec ces ressources qu’Israël a entrepris avec succès de grands travaux de déssalinisation de l’eau de mer. 
  Une expérience de la même famille a été faite par l’Inde. 
La Banque de l’Inde s’adresse aux nationaux résidant à l’étranger et leur offre des taux plus rémunérateurs que ceux disponibles sur le marché des pays où ils résident.  Les bons sont émis dans toutes sortes de devises.  Fin 1991, le portefeuille de ces bons était de $11 milliards.
 
  XI – Ralentir le taux d’augmentation de la pression démographique   Le taux moyen de croissance de la population a été de 1.4% entre 1971 et 1982.  Entre 1982 et 2003, le taux d’accroissement a été de 2.5%.  L’urbanisation également a été rapide – 4.9% par an – et le pourcentage de population vivant dans les villes est de 40% alors qu’en 1982 ce pourcentage était de 25%.  De plus, la population est jeune.  La moitié des Haïtiens a moins de 15 ans et 2/3 sont en dessous de 25 ans.  Une telle structure de population signifie qu’une explosion de la population est inévitable, si l’Etat ne se donne pas pour mission de réduire le taux d’accroissement par l’intensification des méthodes de planification et la formation.   A défaut, la pression sur les déjà maigres ressources du sol et les services sera intolérable.  Entre 1960 et maintenant, la densité a doublé, atteignant le haut niveau de 300 personnes par Km². 
        XII – Engager une lutte drastique contre les inégalités   De même que les chances d’amélioration des conditions de vie sont pratiquement nulles aussi longtemps que la population continuera d’augmenter à ce rythme alors que la superficie n’augmente pas de 1 Km² de plus, de même les inégalités doivent se réduire si nous voulons la croissance.   Haïti est le pays le plus inégalitaire d’Amérique latine et de
la Caraïbe.  L’Amérique latine est le continent le plus inégalitaire du monde.  En Haïti, 10% de la population disposent de 50% du revenu national.   Mesuré au coefficient de Gini, – unité de mesure de concentration des richesses qui va de 0 à 1 et selon lequel plus on s’éloigne de 0, plus inégalitaire on est-  les pays, Finlande, Canada les moins inégalitaires sont à 0.4 de coefficient.  L’Amérique latine à 0.52, Haïti à 0.66.
   Chez nous, les inégalités à la naissance se perpétuent toute la vie et se reproduisent de génération.  Cela est moralement injuste.  Cela est également catastrophique sur le plan de l’économie, car les inégalités exercent une pression à la baisse sur le taux de croissance, dès lors que 90% de la population ne disposent que des moyens limités pour participer à l’augmentation de la production.  Combattre les inégalités passe par une égale répartition des opportunités entre tous dès l’enfance et des mesures de rattrapage et d’égalisation des chances sur le marché du travail.  Seule une Conférence Nationale peut fournir le cadre d’un débat utile sur les options, le coût et le partage des coûts d’une politique nationale de lutte contre les inégalités.   Conclusion : Le nécessaire rapprochement entre Haïti et
la République Dominicaine
   En 1960, les deux pays avaient le même niveau de revenu par tête i.e. $500.  Aujourd’hui en 2009, Haïti est environ au même niveau qu’en 1960. 
La République Dominicaine, en 2002, avait un revenu par tête de plus de $2.500, soit cinq fois plus que nous.  L’indice de fragmentation géographique est le même.  Les U.S.A. sont le principal partenaire commercial de l’un et l’autre.  Comme les Dominicains, nous avons accès aux facilités du Caribbean Basin Trade Act.  Les deux pays ont subi les mêmes entraves sur la croissance de la baisse des prix des produits primaires sur le marché mondial.
   
Comment expliquer la différence de performance économique ?   a.- L’environnement économique est plus favorable au secteur privé en République Dominicaine, au point où les Dominicains exportent  pour plus de $4 milliards de l’industrie d’assemblage, bénéficient de plus de $900 millions d’investissement.  De plus, 30% des envois des Dominicains de l’étranger ($2 milliards) vont aux investissements alors que, chez nous, le plus gros des envois de l’étranger va à la consommation. b.- L’analyse comptable des composantes de la croissance montre que les différences de performance sont imputables à la différence en gains de productivité.  En Haïti, les baisses dramatiques du revenu dans les années 1980 et 1990 sont liées  à la baisse de la productivité totale des facteurs alors que l’inverse est vrai en République Dominicaine. c.- Le tourisme représente 6 à 7 % du PIB dominicain.  Le nôtre s’est effondré.  De même, la libéralisation intempestive du commerce extérieur sans qu’elle fut accompagnée de mesures propres à relancer l’offre a contribué à l’effondrement de plusieurs produits agricoles alors que
la République Dominicaine avait mieux négocié son détachement de la production traditionnelle (sucre, tabac, café, cacao, minerais).
 
d.- La phase de transition démocratique a donné lieu à plusieurs compromis entre les principaux acteurs et a moins perturbé la stabilité politique alors que, chez nous, la plupart des crises politiques se sont soldées par la violence.   La principale raison des tensions entre les deux pays réside dans la pression sociale que les haïtiens en situation illégale font peser sur le pays voisin, en dépit des immenses services qu’ils rendent à son économie.    La solution à l’atmosphère de crise permanente entre les deux pays est dans le rapprochement du niveau de performance économique d’Haïti par rapport à
la République Dominicaine.  Les circonstances sont favorables.
   Le potentiel d’augmentation de production et d’exportation de l’industrie d’assemblage et de création d’emplois est considérable.  Notre main-d’œuvre est abondante et habile.  Les zones franches dominicaines, concentrées sur l’industrie d’assemblage font face à une concurrence sévère par suite de l’élimination de l’Accord Multi-Fibre, ce qui pousse les producteurs à s’orienter de plus en plus vers de nouveaux produits et de nouvelles techniques de production.  De même, la décision de l’Organisation Mondiale du Commerce de faire cesser la promotion de politiques d’exportation pour les zones franches dominicaines en 2010 nous offre un potentiel d’augmentation de notre part d’accès sur le marché américain de l’assemblage et des perspectives d’arrangements de coproduction combinant main-d’œuvre haïtienne et production dominicaine.   D’ailleurs, il n’y a pas de raison que la coproduction se limite à l’industrie d’assemblage dès lors que les principales contraintes haïtiennes à la production (mauvais climat institutionnel, infrastructure délabrée, formation déficiente) auront été levées.  A ces mesures directes d’atténuation des écarts de performance entre les deux pays pourraient s’ajouter l’intégration d’Haïti à l’Accord DR.CAFTA, l’accroissement de la mobilité des ressources de main-d’œuvre haïtienne vers les U.S.A.  à travers un Accord bilatéral et la mise en place d’un Accord d’harmonisation des politiques économiques et commerciales entre les deux pays, au plan notamment d’un traitement équilibré de la production et des échanges entre les deux pays.   Un tel rapprochement serait une initiative de bon sens conforme à la nature des choses.  Marc L. Bazin, président du MIDH Santo Domingo, 30 aout 2009.-     

Laisser un commentaire

 

vagive |
Développement du potentiel ... |
°0OfANTastIQUEO0° |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Changer dans sa tête,bouger...
| PREPARER TON EXAMEN
| djamil83